« L’Allier, le département où vos projets ont des valeurs » : Une ruralité synonyme de proximité

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


À l’heure de la réforme territoriale, un sondage1 exclusif de l’Institut CSA pour le Conseil général de l’Allier vient confirmer l’attachement des habitants à leur département. Parce que les besoins diffèrent selon la nature des territoires, l’accès aux services figure parmi les attentes prioritaires de 79 % d’entre eux.

La grande majorité des bourbonnais se prononce en faveur du « maintien d’un échelon intermédiaire de proximité ouvrant des possibilités de différenciation dans l’organisation territoriale. » (Jean-Paul Dufrègne-Président CG 03).

L’Allier est constitué d’un maillage de trois villes moyennes à dimension humaine, entourées de 24 bourgs-centres et de campagnes. Citadins ou villageois, seule une dizaine de minutes les sépare en moyenne, de l’école, du médecin, mais aussi des activités sportives ou culturelles. Pour se déplacer à l’intérieur du département, que l’on soit, il est possible de rejoindre en 45 minutes maximum, un pôle urbain de plus de 50 000 habitants (Montluçon, Moulins, ou Vichy).

Installé à Thionne, où il tient avec sa femme le point multiservices de cette commune de 317 habitants, Jean-Marc effectue deux jours par semaine, ses tournées d’épicier ambulant. Sans stress ni bouchon, il ravitaille sa quarantaine dhabitués, ponctualité et sourire en prime ! Il figure en grand format dans la campagne dimage du Conseil général, dont la prochaine vague d’affichage démarre en décembre.

Favoriser une mobilité économique ET écologique

La position centrale de ce territoire traversé par deux axes routiers structurants, mais aussi sa configuration tripolaire et majoritairement rurale, font du transport le premier secteur émetteur de Gaz à Effet de Serre (GES). Conscients de l’enjeu environnemental, mais également désireux d’encourager la mobilité vectrice de lien social, le Conseil général et ses partenaires développent des solutions alternatives à la voiture individuelle.

1 Sondage téléphonique (système CATI) effectué du 2 au 3 juillet sur un échantillon représentatif de 502 personnes (Cf. méthode des quotas). Pour connaître ses résultats dans le tail : http://www.allier.fr/uploads/Document/90/18979_184_14-07-15-sondage-departement-juillet14.pdf

Outre la gratuité des transports scolaires, le Conseil général assure des trajets au prix unique de 2€, quelle que soit la distance parcourue (1€ pour les jeunes, les demandeurs d’emploi et les bénéficiaires des minima sociaux). Un tarif qui s’applique à l’ensemble des modes de déplacement organisés par le Département (lignes régulières et à déclenchement, transport à la demande, etc.).

Des aires de covoiturage sont aménagées sur une vingtaine de sites stratégiques. En outre, la promotion de lauto-stop, encadré via « Stop pouce », relance lactivi de lassociation Covoiturage spontané.

Un plan de déploiement des véhicules électriques a é lancé au début de cet été. Dici fin 2016, un réseau départemental de 70 bornes de rechargement (135 points de charge PDC) sera mis en place, afin damorcer sa dynamique de déploiement sur le territoire.

À lhorizon 2025-2030, près de 11 000 véhicules électriques devraient circuler dans lAllier, les ¾ dentre eux étant des véhicules dentreprises. (Cf. Objectif de 5 % fixé par le Gouvernement)

Des services accessibles pour tous ET partout

L’accès aux services est devenu l’un des premiers facteurs d’inégalités entre les territoires, particulièrement dans les zones rurales peu denses. Fer de lance de la démarche Nouvelles Ruralités,2 l’Allier s’est emparé de ce sujet fondamental pour impulser des dynamiques collectives menées en concertation avec ses habitants.

Alors que, pour la première fois, des Assises de la ruralité sont organisées par le Gouvernement, le Département élabore avec l’État un schéma d’accessibilité des services au public. Il est l’un des onze départements3 retenu pour expérimenter, six années durant, un plan d’actions ciblant leur amélioration.

L’objectif est clair : il s’agit de renforcer et d’équilibrer l’offre de services, en vue de garantir une réelle solidarité territoriale. Quelle que soit leur nature (marchand/ non marchand) ou leur gestion (publique ou privée), ce schéma vise à définir les services essentiels à la vitalité d’un territoire, afin d’adapter les dispositifs en fonction de ses besoins propres. Un observatoire permanent des territoires assurera la mise en réseau de l’ensemble des données entre les services du Département et de l’État.

Les 4 grandes phases du schéma daccessibilité des services :

Phase1 : Identification et la qualification des besoins de services

Phase 2 : Identification et la qualification de l’offre de services

Menées parallèlement, elles doivent aboutir à la présentation du diagnostic avant mars 2015.

Phase 3 : Élaboration des scénarii

Phase 4 : Élaboration et adoption du schéma pour fin 2015, précédant son déploiement.

2 Cf. Mission « nouvelles ruralités » fédérant 39 départements. Adopté à l’unanimité par l’Assemblée des départements de France (ADF), son rapport a été présenté à l’Assemblée nationale le 7 octobre dernier : http://www.allier.fr/1840-les-nouvelles-ruralites.htm

3 Allier, Aude, tes dArmor, Creuse, Eure, Gironde, Lot et Garonne, Oise, Pas de Calais, Nord, Haute Saône.

Une enquête initiale a été réalisée par TMO4 du 3 au 10 juillet auprès de 900 foyers de l’Allier. Elle a fait ressortir leurs besoins et leur perception des services dans ce département (santé de proximité, école, services postaux, commerces alimentaires, sécurité, offre culturelle).

Les services sont actuellement au ur des 7èmes Rendez-vous de lAllier. Ouverts à tous, ses 14 « ateliers-citoyens » recueillent partout dans le département les attentes de la population.

Les travaux de ces groupes de réflexions serviront à nourrir le schéma d’amélioration de laccessibilité des services au public.

Les habitants ont également la possibilité de compléter le questionnaire en ligne sur les sites internet du Département de lAllier (www.allier.fr) mais également de lEtat (www.allier.gouv.fr) du 11 septembre au 11 novembre.

Parallèlement à l’élaboration du schéma d’accessibilité, le Département s’appuie sur des conventions de partenariat avec des opérateurs de services engagés de longue date auprès des territoires ruraux : EDF et le Groupe La Poste.

Le 7 octobre dernier, tous deux ont signé avec le Président du Conseil général de l’Allier des conventions distinctes mais complémentaires, permettant d’apporter des réponses innovantes en lien avec les 25 propositions concrètes des Nouvelles Ruralités. Accompagnant les initiatives du Département, La Poste va développer la coopération structurelle (via les médiathèques ou les secrétariats de mairies) et la mutualisation des services au public. L’élargissement des missions du facteur (veille sociale auprès des personnes en situation d’isolement et/ou de vieillissement), la mise en place de nouveaux services à la personne (missions d’aide aux transitions numérique et énergétique) : autant de moyens qui vont être expérimentés dans l’Allier, pour un meilleur déploiement des services apportés à la population.

Le sens de l’accueil ET des services

Lors de sa création par le Conseil général en 2002, la Mission Accueil Allier faisait figure de pionnière. Ses objectifs : favoriser l’installation de nouveaux habitants et participer au maintien du tissu économique rural.

« L’accueil et les services sont intimement liés. Notre champ d’action concerne la très petite entreprise (artisanale, commerciale, touristique, profession de santé, agricole, …). Les actifs désireux de reprendre ou de créer des commerces dans des zones rurales en demande, représentent une part importante des candidats à l’installation. À l’instar de Jean-Marc, nous avons déjà accompagné 217 familles (467 nouveaux arrivants au total). »

L’équipe de Marie-Béatrice Venturini-Lenoir coordonne l’action locale sur le terrain, en relation avec l’ensemble des acteurs sociaux-économiques d’Auvergne.

4 Le département a été stratifié en 9 zones, croisant les 3 Pays et trois types de territoire (typologie selon le coupage en aires urbaines) : Grands les urbains/Couronnes des grands les urbains/Espaces ruraux isolés.

« Nous nous appuyons sur les Communes et les Communautés de Communes du territoire, pour faire le lien entre les offres recensées sur l’Allier et les demandes des porteurs de projets. Nous facilitons l’intégration de ces habitants, dont la venue contribue à renforcer l’attractivité de notre territoire. »

L’accès aux soins constituant l’un des enjeux majeurs pour assurer la qualité de vie de la population, la prospection et l’accompagnement de professionnels de santé, ainsi que l’accueil de jeunes médecins, relèvent également de la Mission Accueil Allier. Le Conseil général a mis en place dès 2006, le dispositif « Wanted ». Cette bourse incite les étudiants en médecine générale à exercer dans l’Allier pour une durée d’au moins 6 ans. À ce jour, 25 (futurs) généralistes, originaires de Besançon, Lyon, Marseille, Paris, ou encore Clermont-Ferrand, sont sous contrat avec le Département. Tous ont fait le choix de pratiquer la médecine en milieu rural, 8 d’entre eux étant déjà installés. Désireux de pérenniser l’offre de soins de premier recours dans les campagnes, le Département soutient le développement de Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP).

Connecter les jeunes ET leurs ainés

La santé et l’éducation arrivent en tête de liste des services jugés indispensables par les habitants (Cf. enquête TMO). En matière d’éducation, l’Allier a montré l’exemple avec l’installation de l’environnement numérique de travail dans un établissement montluçonnais au début des années 2000. Aujourd’hui, tous les collèges de la Région Auvergne disposent de l’Espace numérique de travail (ENT) et sont reliés à l’Académie. Cette volonté d’innovation concerne l’ensemble des générations pour s’étendre à tous les domaines.

Opportunide développement pour les territoires ruraux touchés par le vieillissement de leur population et menacés de désertification médicale, lE-santé favorise le maintien à domicile des personnes âgées. La télésanté regroupe un ensemble de services et outils numériques visant à améliorer l’information, lautonomie et le bien-être des personnes.

Le Conseil général expérimente depuis plusieurs mois le programme Entour@ge, un nouveau dispositif accessible via une tablette numérique connectée à Internet.

Prêtées gracieusement aux aînés volontaires, les tablettes sont distribuées chez leurs bénéficiaires (âgés de 60 ans et plus). Grâce à des plateformes dématérialisées et sécurisées, la transmission des informations est plus rapide et plus efficace. Les codes d’accès communiqués aux proches comme aux professionnels (service d’aide à domicile, infirmiers, médecins…), facilitent les échanges réguliers, sans oublier la gestion des interventions et des aides sociales. Soutenu par l’Europe (Feder Massif Central), la Région et l’État, les premiers retours d’Entour@ge, mené conjointement avec la Nièvre, s’avèrent globalement positifs. L’expérimentation de ce « cahier de liaison numérique » doit se poursuivre jusqu’en 2015.

Depuis septembre dernier, le Conseil général de lAllier a choisi de sengager dans le dispositif national MONALISA. Lancé pour lutter contre lisolement social des personnes âgées, il sappuie sur le bénévolat déquipes citoyennes.

Visites régulières, rencontres festives et activités diverses à léchelle du quartier ou du village, sont autant de moyens susceptibles de rompre leur solitude.

Le Département se mobilise ainsi dans le combat d’intérêt général contre l’isolement, facteur majeur d’accélération de la perte d’autonomie. Près du quart de la population touchée (23 %°) est composé de personnes âgées de plus de 75 ans, soit environ 1,2 million de personnes. Une part qui ne cesse d’augmenter…

Les diverses actions du Conseil général de l’Allier au service de ses habitants, contribuent pour une large part à la cohésion de son territoire. « La véritable fracture n’oppose pas les urbains aux ruraux, mais les territoires les plus dynamiques à la France des fragilités sociales. » Et Christophe Guilluy5de souligner que « la disparition programmée des départements, c’est à dire des seules collectivités visibles pour les citoyens et qui pèsent politiquement, est un très mauvais signe pour cette France périphérique ».

5 Consultant spécialiste de l’analyse territoriale depuis une vingtaine d’années, géographe de formation, Christophe Guilluy a publié Fractures françaises (2010). Intitulé La France périphérique-Comment on a sacrifié les classes populaires, son essai sorti en septembre dernier s’intéresse à ce vaste ensemble sociologique relégué hors des grandes agglomérations et qui regroupe aujourd’hui 60% de la population française (appartenant pour les ¾ aux catégories populaires).

Contacts presse :

-Claire Striffling-Gauthier /Attachée de presse CG 03

phone : 04.70.34.40.31 - Portable : 06.83.19.13.06 - striffling.c@cg03.fr

- Agence Sophie Benoit Communication

Yglinga Benoit-Joubert/Antoine Bertin/ ronique Durupt

06 63 70 61 69 / 06 50 13 72 20 / 06 71 58 29 71

yglinga@sbc-groupe.com / antoine@sbc-groupe.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »